Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 S.N.T., Agence immobilière NEUVILLE SUR SAONE 69250

L'actualité de CENTURY 21 S.N.T.

Brexit : quel impact pour l’immobilier ?

Publiée le 27/06/2016

Lien vers site

Brexit : quel impact pour l’immobilier ?

Par Sylvain D'Huissel le 27 juin 2016

Pour le président de la FNAIM, vendredi a été un jour triste pour l’Europe. Pour le courtier Meilleurtaux.com, les conséquences en matière de taux d’intérêt ne devraient être très importantes.

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne a suscité de nombreuses réactions dans le milieu politique, mais aussi dans les milieux économiques. Le secteur de l’immobilier ne fait pas exception. Pour Jean-François Buet, le président de la FNAIM, il s’agit d’un « jour triste pour l’Europe ». « La victoire du Brexit est une mauvaise nouvelle tant pour l’Europe que pour la France. C’est une mauvaise nouvelle pour notre économie, et pour notre secteur, l’immobilier » a indiqué le président.

Le responsable indique que ceci pourrait motiver des ventes de la part des résidents britanniques. « Nos amis britanniques résidant en France risquent, devant l’instabilité économique et politique qui commence, d’être contraints de vendre leur bien immobilier, quant à ceux désireux d’acheter, ils vont probablement devoir différer, voire annuler, leur projet » a souligné Jean-François Buet.

Ceci aura aussi, selon lui, des conséquences pour les expatriés français présents outre-Manche. « Que dire à nos expatriés établis en Grande-Bretagne ? Qu’ils ne s’inquiètent pas ? Loin de là, ils devront rentrer dans un pays toujours plus ankylosé et avec une économie peu attractive. Le retour sera difficile » a indiqué le président de la FNAIM.

Impact sur les marchés

Du point de vue du financement, le courtier Meilleurtaux.com envisage, à court terme, une forte volatilité sur les marchés action, Pour l’intermédiaire, « la BCE pourrait agir via une action forte pour calmer les marchés et rassurer sur la santé de l’Union Européenne en ouvrant comme elle l’a fait cette semaine une ligne de refinancement des banques à taux négatifs et en injectant massivement des liquidités. Conjointement, les autres banques centrales pourraient également agir afin de préserver une certaine parité avec l’Euro. Ces différentes actions devraient donc conduire à augmenter les liquidités dans la zone euro mais évidemment dans un contexte de crise forte mais ponctuelle ». Vendredi, la BCE avait indiqué se tenir "prête à fournir des liquidités supplémentaires, si nécessaire, en euros et en devises étrangères".

Il envisage également des effets à moyen terme. Le Royaume-Uni qui disposera de 2 ans pour organiser la sortie de l’UE, va sans doute, selon lui, remplacer les accords UE par des accords bilatéraux équivalents. Ceci ne sera donc, de son point de vue, pas une catastrophe ni pour l’UE, ni pour les banques françaises peu exposées aux risques UK. « La réponse est donc assez simple, pas de répercussion sur la distribution de crédit, ni sur les taux des crédits aux particuliers, ni sur la santé financière des banques de détail françaises à court et moyen termes », explique Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com.

Notre actualité